Pumpkin Autumn Challenge: Bilan

La saison du Grand Froid approche à grands pas… Il est grand temps de se consacrer aux réserves pour l’hiver et de dresser un petit bilan du Pumpkin Autumn Challenge !

 

Catégorie Automne Frissonnant…

 

Catégorie Automne Douceur de vivre…

Rien !

 

Catégorie Automne Ensorcelant…

 

Catégorie Automne Enchanteur…


Avec 3 relectures et 6 découvertes, je cumule 9 lectures qui valident entièrement ce tout premier Pumpkin Autumn Challenge auquel je participe ! Je me suis réellement évadée dans des univers passionnants et frissonnants et je suis heureuse de valider également un second challenge, le Retour En Terres du Milieu, lancé par Piko Books !

Qu’avez-vous lu pour valider votre challenge ? Avez-vous fait de belles découvertes ? N’hésitez pas de m’en parler dans les commentaires !

 

Publicités

Miss Peregrine et les enfants particuliers: La Bibliothèque des âmes, Ransom Riggs + Bilan de fin de saga

51C70qLkhRL._SX210_

Un garçon aux pouvoirs extraordinaires
Une armée de monstres redoutables
Une bataille héroïque pour sauver le monde des particuliers de la tyrannie

Dans le Londres d’aujourd’hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d’Addison, l’illustre chien particulier doué de parole. 

Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d’or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l’Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité. Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l’ennemi a bien établi son QG dans l’Arpent, derrière les murs d’une forteresse imprenable…


Et bien voilà… c’est comme une boucle temporelle que l’on referme ! La trilogie des Enfants Particuliers se termine pour moi, en ce début de mois de Novembre !

Dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, je me suis donnée l’objectif de finir la saga de Miss Peregrine et voilà chose faîte. Ce tome 3 s’est dévoré aussi vite que les deux précédents et je suis plutôt contente de ma lecture, dans l’ensemble.

Il y a toujours autant de suspens et surtout encore plus retournements de situation. Bon, même si le style reste un peu trop jeunesse à mon goût, j’ai été plutôt satisfaite sur la qualité de la trame. Certaines actions m’ont réellement surprise et certains passages m’ont déconcerté par un humour noir et dérangeant. C’était une de mes attentes avant de commencer la saga.

Petit bémol: les personnages. Qui dit public adolescent, dit encore et toujours héros adolescents. Je n’ai rien contre la jeunesse mais j’ai malheureusement retrouvé au cours de cette saga des « personnages types », qui m’ont semblé hélas prévisibles dans leurs réactions émotionnelles. Le personnage sulfureux de Emma était… sulfureux, le jeune et courageux Jacob était… courageux, bref, tous les personnages ont suivi une ligne de caractère tracée et prédéfinie. J’aurais peut-être voulu plus de retournements psychologiques. Fort heureusement, le personnage de Jacob s’est révélé au fil des pages tandis que celui d’Emma est resté un peu trop fixe à mon goût.

Cet avis n’engage que moi mais quand il y a une histoire d’amour entre deux adolescents dans un roman, j’ai tendance à attendre quelque chose d’original, de peu commun. Bon… j’ai eu droit aux bisous-bisous cachés et aux « la voir souffrir m’était insupportable » et c’est vraiment un des aspects de ce troisième volet sur lequel j’ai fait l’impasse. Par contre, j’ai adoré l’action qui se passe dans l’Arpent du Diable, une sorte de monde parallèle infernal où règne la misère et la corruption. Le personnage ambiguë de Sharon m’a beaucoup plu et j’ai eu un grand coup de cœur pour les fameuses « têtes de pont » !

Je regrette seulement une fin légèrement trop éloignée de la trame principale. Je m’attendais à un dénouement des plus surprenants mais le règlement de comptes des méchants m’a paru un peu trop sorti de son contexte. D’un autre côté, la fin du roman en lui-même m’a donné un dernier coup de stress mais si, encore une fois, l’issue m’a semblé très irréaliste ! Habituellement, je n’aime pas trop les happy end aussi idylliques…

Dans l’ensemble, ce troisième tome m’a beaucoup plu. Je pense même qu’il s’agit de mon préféré sur les trois volets de la saga. Le genre jeunesse m’a parfois dérangé, mais s’est souvent estompé par le côté creepy et WTF de l’univers farfelu de l’auteur.

La trilogie des Enfants Particuliers, en bref…

Trois livres-objets absolument sublimes qui ornent ma bibliothèque ! Je ne regrette absolument pas cet achat et même si la saga reste assez jeunesse, j’ai été happée par l’univers étrange de l’auteur.

J’aime les expériences littéraires qui se démarquent de la lecture classique et cette trilogie en fait clairement partie !

La fin est un peu trop parfaite à mon goût… j’aime la nuance quand il s’agit de clôturer une aussi longue aventure. Cela-dit, cette lecture étonnante fait partie de mes découvertes les plus positives de l’année 2018 !

L’Apprenti Epouvanteur, Joseph Delaney

L-apprenti-epouvanteur

 » L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.  » Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence… 


J’avais choisis cette lecture pour m’accompagner lors de la soirée d’Halloween. Je n’avais absolument pas prévu de le dévorer en moins de deux jours !

Pour commencer, j’avais un peu peur du style jeunesse du roman. Bien que je n’ai rien contre la young adult, bien au contraire, j’ai tout de même quelques attentes bien précises quant aux romans qui sont censés faire peur. C’est simple, je veux du glauque, du creepy, du frisson et surtout pas un style trop enfantin ! Heureusement, j’ai été presque totalement comblée.

Donc nous nous retrouvons au cœur d’une histoire bien ficelée, exposant un univers complet et intéressant. Dans un monde où les forces obscures représentent une véritable menace, il existe un corps de métier destiné à protéger les gens: les épouvanteurs. Notre héro, Tom, est promis à cette tâche et s’en va suivre une formation en alternance auprès d’un épouvanteur professionnel. Comme tous les stagiaires, il sera amené à faire quelques erreurs peu gravissimes, jusqu’au jour où notre jeune Tom va décider de faire n’importe quoi.

Car oui, si il y a un lieu commun que je rencontre à chaque fois que je lis du young adult qui fait peur, c’est bien la nature un-peu-trop-spontanée-pour-être-malin du héro. Bien évidemment, Tom va provoquer un gros problème. Manque de chance, son maître de stage n’est pas disponible pour le moment.

Notre apprenti épouvanteur va devoir se débrouiller seul et j’ai été assez surprise du déroulement des événements. Gros point positif mais tout à fait relatif: j’ai vraiment eu peur ! Les scènes en présence de la vieille Mère Malkin m’ont donné la chaire de poule tellement que les descriptions sont visuelles et détaillées. L’ambiance est bien glauque aussi, à la limite du cauchemardesque.

Même si j’ai eu plusieurs questions quant à certaines réactions du personnage lors du dénouement final, j’ai aimé cette fin qui annonce bien évidemment la suite de cette longue saga. Je lirai la suite à l’occasion, si je trouve le deuxième volume en seconde main !

 

7/10

 

Tea Time #5

Automne, Halloween, Vacances et Lifestyle… 

 

6d9d332534bbe5995674a5616f9c948e

L’Automne est de retour…

Et oui, comme chaque année, la saison du grand repos revient avec ses couleurs flamboyantes et ses saveurs sucrées. La nature se recroqueville doucement sur elle-même pour se préparer à l’hiver tandis que les animaux préparent leur réserve de nourriture. L’Automne est là, avec son odeur de bois humide et de châtaignes grillées.

J’aime profiter de cette saison pour faire le point. Je sais qu’en principe, on prend ses bonnes résolutions en Janvier mais pour ma part, les derniers rayons de soleil m’invitent à réfléchir sur l’année que je viens de passer. Bien souvent, je traverse une période de fatigue. Mes cheveux tombent plus que d’habitude, j’ai de plus en plus de mal à me lever le matin (d’autant plus qu’il fait nuit), j’attrape tous les petits virus des premiers froids. Bref, tout comme la nature mon corps demande du repos ainsi qu’une douce préparation avant l’arrivée de la saison froide.

Pour apprendre à gérer mes émotions…

Quand je suis fatiguée, j’ai beaucoup de mal à gérer mes émotions. Je me sens vulnérable, peu endurante et surtout à la merci de mes sautes d’humeur. Pour m’aider, j’utilise la médecine des Fleurs de Bach. J’ai déjà parlé de ces élixirs ici !

Il y a peu, j’ai terminé mon flacon de Sweet Chestnut. Spécialisée dans les moments de mélancolie, cette fleur m’a aidé à faire face à plusieurs situations difficiles. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir passé ce cap et j’ai donc décidé de changer de fleur. J’ai choisis la Moutarde, équilibrant les périodes aléatoires de mélancolie, pour un usage donc plus ponctuel.

J’utilise également toujours le complexe Etudes Examens qui m’aide à aborder les cours avec plus de sérénité. Paradoxalement, les cours reprennent dans un rythme effréné pendant une saison où tout demande à ralentir… Il est donc important de savoir ce qui pourrait nous faire du bien.

Pour se prévenir des petits virus…

Qui dit changement de saison, dit virus. Les premiers froids et les premières pluies refroidissent brutalement nos corps qui pendant plus de deux mois s’est nourrit de soleil, de chaleur et de grand air.

Fort heureusement, il existe quelques astuces naturelles pour tenter de repousser ces rhumes, angines, bronchites et autres rhino-pharyngites qui nous gâchent nous promenades en forêt !

1f36936971ef4b99ecb9c73931dfbc9b

Tout d’abord, les huiles essentielles sont les grands classiques pour lutter contre les maux légers. Pour celles et ceux qui s’y connaissent, j’aime penser que chacun détient le mélange qui lui convient personnellement. Pour ma part, je diffuse lentement un mélange de tea tree et d’eucalyptus pour enrayer le début d’un rhume, par exemple. Chacun est libre de concocter ses propres mélanges, à condition bien-sûr de respecter les lois des huiles essentielles. Je rappelle également qu’il s’agit là de véritables dispositifs médicaux pouvant provoquer des réactions allergiques et des effets secondaires si l’on procède n’importe comment. N’étant pas une experte, je ne peux que vous conseiller de vous adresser à des professionnels avant tout usage.

Tout simplement encore, il est important de surveiller son alimentation pendant la période automnale. Consommer des aliments frais et de saison permet de nourrir son corps avec tous les nutriments dont il a besoin à ce moment-là. La nature est bien faite, faîtes-lui confiance.

Pour m’entourer de bonnes énergies…

Le monde qui nous entour émane d’énergies aussi variées que nuancées. La moindre chose qui rentre dans notre champ de vision et d’interaction nous apporte et nous retire quelque chose. C’est une des lois naturelle fondamentale: pour se nourrir, on dépense quelque chose d’autre en échange.

Cela va de même avec l’énergie. Alors que nous entamions de nouveaux projets (études, travail etc…), nous ressentons de l’excitation, de la motivation, de l’accomplissement. En contre partie, nous dépensons de grandes sources d’énergie ce qui nous permet de nous investir, de continuer malgré la pression et le doute. Parfois, cet échange se retrouve déséquilibré et nous nous retrouvons à dépenser plus que ce que l’on reçoit.

Généralement, on ressent de la fatigue, du stress, de la panique etc… Mentalement comme physiquement, ce déséquilibre impacte notre vie quotidienne ainsi que notre subconscient.  Dans ces moments là, il est donc important de savoir rééquilibrer les choses.

Yoga, méditation, sport, shiatsu… il existe des milliers de moyens pour se faire du bien. L’équilibre étant un état des plus relatifs, il n’existe pas de « bonnes méthodes » pour retrouver un flux énergétique harmonieux. Je vous livre donc une de mes pratiques personnelles dont vous êtes libre de reprendre, de personnaliser, de modifier.

Quand j’en ressens le besoin, je me confectionne ce que j’appelle un petit « sachet d’émotion ». Pour mon cas, un déséquilibre énergétique se témoigne par des sautes d’humeur, des inconstances émotionnelles et surtout une difficulté à vivre en interaction avec les autres. Je ressens donc la nécessité de calmer mon potentiel émotif afin de retrouver de la sérénité et de la maîtrise.

Dans un petit sachet de tissus, je place une ou plusieurs plantes. Je les choisis selon leurs propriétés mais également à l’instinct. Pour augmenter le pouvoir des plantes, je place également dans le sachet un cristal qui correspond aussi à mes besoins du moment. Enfin, j’ajoute à peine 2 gouttes d’huiles essentielles pour lier tous les éléments entre eux.

2f6515b72cce6046044ca3fe8484fb2b

Par exemple, pour la rentrée, je me suis confectionné un sachet détente. J’ai choisis de la lavande séchée (du jardin), un cristal d’améthyste et 2 gouttes d’huile essentielle de lavande. Je gardais ce sachet dans ma poche, ou dans ma main et j’en sentais la saveur quand j’en avais envie. L’effet le plus remarquable était cette sorte de chaleur qui émanait du sachet, très apaisante. De plus, quand je ressentais une pression, il me suffisait de penser à cette alliance pour ressentir rapidement une vague de sérénité.

 

J’espère que ces quelques conseils pourront vous être utiles. N’oubliez pas cependant vos propres nuances, vos propres subtilités. Il se peut qu’un remède fonctionne bien chez les autres tandis que vous n’en ressentirez aucun effet. Prenez le temps de vous écouter, de personnaliser la moindre pratique qui vous fait envie.

 

Vacances et Halloween…

bf69d5205f32f7f760364b5eeebf1945

J’ai la chance d’avoir deux longues semaines de vacances, cette année. Malheureusement, mes études me demandent beaucoup de temps et de travail mais je compte bien profiter de cette douce période tout de même. Chaque année, je trouve toujours que l’Automne est bien trop court, surtout qu’habituellement je passe mes journées en cours, ou au travail. J’ai décidé de prendre le temps d’observer la nature en changement, de me promener lentement en toute conscience, de profiter des trésors que la Terre nous offre juste avant l’hiver.

Halloween approche… pour célébrer cette fête, je me suis préparé un petit programme tout en douceur, tranquillement, à la maison.

971315da4333da435f0141290c670106

Ce que je vais manger : J’ai prévu de faire ma toute première tarte à la citrouille ! Je n’ai pas encore choisis ma recette mais j’espère que le résultat sera aussi beau que bon.

Ce que je vais boire : Du sang vrai, bien-sûr. Mais aussi un bon thé noir au lait, tout simplement.

Ce que je vais manger (bis) : A Halloween, tout est permis ! Je vais également préparer une belle tournée de pancakes pour les effrayés de la citrouille. Bien évidemment arrosés d’une cascade de sirop d’érable !

Ce que je vais regarder : Tradition oblige, je vais commencer l’après-midi avec Hocus Pocus ! Pour un peu plus de frissons pour le soir, je vais regarder Dangereuse Alliance, un film retro comme je les aime !

 

Ce que je vais faire : Je vais profiter des énergies de cette fête pour faire quelques tirages et quelques purifications d’objets. Rien de bien fatiguant.

 

La série de l’automne

Les vacances riment avec séries ! Récemment, j’ai découvert LA série cocooning-automnale-feel good-cosy du siècle. Il s’agit de Good Witch, connu en français par Un soupçon de magie.

Au début, je m’attendais vraiment à des histoires de sorcières mais finalement, Cassie se révèle être dotée d’un fort pouvoir intuitif. Elle est toujours là pour aider les autres et transmet une énergie positive dans toutes situations.

J’en suis à la saison 3 et la trame prend doucement une dimension plus sentimentale. Bon, même si les intrigues sont loin d’être profondes, j’aime me plonger dans cette série où tout est doux, facile et magique. Ça fait du bien de rêver, parfois !

 

Le Pumpkin Autumn Challenge : où est-ce que j’en suis ?

4a47ec26246ab27d897fadff8c2bee6e

Je viens de terminer le premier menu, à savoir Automne Frissonnant que j’ai composé avec Minuit, heure de l’horreur, Twilight Fascination et D’après une histoire vraie. 

Je suis également sur la voie de valider le troisième menu, Automne Ensorcelant avec la relecture de Cathy’s Book et la découverte du roman jeunesse La Fille de Pleine Lune, offert par mon amie Anaïs dans notre Swap Fête de la Lune !

Je vais m’empresser de commencer L’Apprenti Epouvanteur qui sera ma lecture spéciale Halloween et que je placerai dans le menu Automne Ensorcelant !

Et vous, vous en êtes où ?

 


Et voilà, ça sera tout pour ce grand et long Tea Time. J’espère que vous vous portez bien et que l’automne vous émerveille autant que moi.

Qu’avez-vous prévu de faire pendant cette magnifique saison ? N’hésitez pas à m’inspirer dans les commentaires !

 

Source images : Pinterest 

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan

D-apres-une-histoire-vraie

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.


A la limite du réel et de la fiction, ce roman nous plonge au cœur d’une des préoccupations principales de l’écrivain: doit-on écrire le vrai, doit-on écrire le faux pour parler du vrai ?

Une rencontre pas si hasardeuse

En pleine période de page blanche, Delphine rencontre L., une femme sûre d’elle qui semble connaître l’auteure mieux que quiconque. Alors que le succès de son dernier roman (on devine bien évidement qu’il s’agit de Rien ne s’oppose à la nuit) commence à peser lourdement sur ses épaules, Delphine ouvre les portes de sa vie privée à cette femme mystérieuse et étrangement bien informée, qui comme par hasard surgit à ce moment là.

Très vite, une relation particulière se crée entre les deux personnages. L. exerce une influence de plus en plus puissante sur Delphine, apparaissant toujours au bon moment, avec les mots qu’il faut. Plongée dans un état dépressif, Delphine se repose alors sur les épaules de L. en lui laissant faire ce qu’elle ne parvient plus à faire: écrire.

Une prise de possession à l’insu de l’héroïne

J’ai senti la dimension fusionnelle et malsaine de cette relation, bien avant que l’intrigue dévoile la véritable nature de L. Dès le début, le personnage de L. m’a laissé perplexe, m’a dérangé… je me suis posé milles questions, surtout pour comprendre pourquoi Delphine ne semble pas réagir à la tournure des choses ! Je comprends que l’auteure traverse une période difficile, qu’elle se retrouve fragilisée après l’impact de son dernier roman d’autant plus qu’en parallèle, quelqu’un décide de la harceler mais tout de même, L. est suffisamment intrusive pour pouvoir s’en alarmer. Or, Delphine somnole, assaillie par le doute, la peur et le vide.

Delphine se retrouve dépouillée d’elle-même, et totalement à la merci de L.

Au fil de l’histoire, nous assistons à la prise de possession de Delphine, au vol de tout ce qui lui appartient. L. referme peu à peu son piège et il est déjà trop tard pour réagir, pour faire face à cette femme toxique. Delphine ne retrouve mentalement et physiquement à la merci de celle qui lui volera tout, ses souvenirs, son identité, sa vie… sa raison.

Delphine, en profonde dépression ?

A la fin, alors que Delphine semble rouvrir les yeux après un long sommeil, l’identité de L. s’estompe. Delphine se rend compte que finalement, elle ne connait rien de cette femme qui a pourtant partagé sa vie la plus intime, et ce pendant des mois. Qui est-elle ? Que voulait-elle ? Et surtout, comment prouver aux autres qu’elle-même n’a pas définitivement perdu la raison ?

Un thriller plein de suspens, dans lequel l’angoisse monte d’un cran à chaque page tournée. Une fin saisissante qui chamboule toutes les certitudes que nous avions lors de cette lecture.

7,5/10

 

Les jours de mon abandon, Elena Ferrante

Les-jours-de-mon-abandon

Olga, trente-huit ans, un mari, deux enfants. Un bel appartement à Turin, une vie faite de certitudes conjugales et de petits rituels domestiques. Quinze ans de mariage. Puis, un après-midi d’avril, une phrase de son mari met en pièces cette existence sereine et transforme Olga en femme abandonnée. Une femme rompue. Lâchée, brisée. Una poverella, comme cette voisine de son enfance napolitaine dont elle croit encore entendre les pleurs la nuit. Frappée de stupeur, Olga ne comprend rien au prétendu  » vide de sens  » de l’homme qu’elle a suivi à Turin, et pour qui elle a abandonné l’écriture. L’homme avec qui elle voulait vieillir est devenu l’homme qui ne veut plus d’elle. Olga n’existe plus.

Le livre d’Elena Ferrante nous projette littéralement dans l’intimité d’Olga et nous embarque pour un voyage aux frontières de la folie.


Autant le dire tout de suite, cette lecture fut loin d’être évidente, agréable, et encore moins facile. J’ai même mis plusieurs mois à reprendre ce livre qui, dans un premier temps, m’a tout simplement… dégoûtée. Alors oui, le dégoût est sûrement un des personnages principaux. La solitude aussi, l’incompréhension, la souffrance, et puis fatalement… la folie.

Olga se retrouve donc seule, après le départ de son mari. Que reste-t-il d’une femme qui a construit l’ensemble de son existence autour d’un seul homme ? Elena Ferrante nous plonge brutalement dans l’intériorité d’une femme rompue, ces Anna Karénine qui flirtent avec l’obscurité, le néant et  la mort.

Rapidement, Olga abandonne sa vie pour se livrer à un combat intérieur épique, où l’héroïne doit braver l’absence de repères, l’absence de tout afin de ressortir victorieuse d’une bataille insensée. Le personnage principal balaye toutes les bases de notre savoir-être et révèle le danger de ces femmes rattachées toutes entières à un homme, qui en étant mères ne sont rien d’autres que de parfaites épouses, patientes et résignées.

Personnellement, je n’ai pas perçu Olga comme une personne en post rupture. Pas de transformations donc, ni de changements brutaux d’une femme qui perd tout simplement la tête tellement que son mari lui manque. Je trouve que finalement, nous avons là une femme qui s’éclaire, qui se dénude peu à peu, abandonnant l’équilibre et la logique afin de saisir le sens réel de son existence. Je dirais même qu’en plus d’être inévitable, cette perte est nécessaire pour permettre à Olga de revenir, de se retrouver telle qu’elle était avant sa rencontre avec Mario.

Ce roman résonne encore, sa force vitale nous pousse vers le monde obscure de l’inversement, où seul l’abandon nous permet d’en sortir vivant. Bien plus qu’une femme rejetée et trompée, Olga incarne la bataille de celle qui lutte, qui préexiste malgré la dominance masculine d’une société où l’épouse passe avant la femme.

Un magnifique plaidoyer pour la liberté absolue, aussi belle que repoussante.

 

7/10

Astérix, les vérités historiques expliquées – Bernard-Pierre Molin

9782812318177-001-T

« Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains … »

Ainsi débutent tous les Astérix. Outre cette indubitable vérité, chaque album s’appuie sur d’autres faits historiques pour inventer un univers plein de fantaisie, de bagarres et de moustaches. Car si Goscinny et Uderzo se sont documentés, ils ont pris quelques libertés avec l’histoire en émaillant leurs récits de réjouissants détournements, de facétieux clins d’ il et de joyeux anachronismes qui participent au plaisir de lire Astérix. Les Gaulois taillaient-ils des menhirs? Craignaient-ils que le ciel leur tombe sur la tête? Les Romains jouaient-ils aux dés? Les légionnaires avaient-ils droit à une retraite? Les pirates étaient-ils lamentables? Les Belges étaient-ils les plus braves ? En s’appuyant sur de récentes découvertes, ce livre veut démêler le vrai du faux dans la Gaule romaine d’Astérix. Et, pour honorer ses auteurs, continuer de rire tout en parlant d’histoire. Par Toutatis !


Ma chronique:

Quoi de mieux que de lire en apprenant ? Depuis des décennies, nos deux héros gaulois favoris nous font rire, nous instruisent, nous inspirent… Afin de créer un univers réaliste, amusant et étonnant, Goscinny et Uderzo ont puisé dans l’Histoire autant que dans leur imagination.

téléchargement

Bernard-Pierre Molin se pare alors de la casquette d’un véritable détective ! Comment distinguer le vrai du faux ? Comment séparer les faits historiques des gags que nous adorons ? Tout d’abord… l’auteur contextualise l’époque grâce à une belle carte, une frise chronologique ainsi que quelques explications au sujet des deux peuples principalement présents en Gaule, en 50 avant Jésus-Christ…

J’aime beaucoup l’aspect véridique et historique, le tout dans un format très ludique. Tout au long du livre, de petits encarts donnent des précisions quant aux anecdotes abordées, c’est vraiment amusant ! Sur la page de gauche, l’affirmation est affirmée ou démentie et est illustrée par une vignette tirée d’un des nombreux numéro. Sur l’autre page, nous pouvons découvrir vérités et précisions et bien souvent, le gag se révèle bien plus proche de la réalité que nous pouvons l’imaginer !

Pour ma part, le monde des gaulois m’était totalement inconnu. Je me nourrissais d’à priori mais après cette lecture, je sais que les gaulois ne mangeaient (hélas !) pas de sangliers mais que les femmes avaient un statut plutôt avantageux ! Autre chose encore, notre ami Abraracoursix n’aurait jamais pu se promener perché sur un bouclier pour une simple question géographique. J’imagine que parfois, le mythe a du bon… !

G17b

Durant cette lecture, j’ai appris une multitude de choses, non seulement sur l’Histoire mais aussi sur la langue française. Tous les chemins mènent-ils réellement à Rome ? Oui, c’est véridique !

En bref, un petit moment de culture générale en compagnie de nos célèbres héros moustachus, qui en plus d’être à la pointe de la mode, furent experts en l’art de forger le fer… et tellement plus encore !

idefix3


8/10

 

Je prépare ma rentrée

pexels-photo-301920

J’ai la chance d’avoir une rentrée tardive mais petit à petit, la date approche et cela rime avec organisation ! Bon, je dois dire que je n’ai pas perdu de temps puisque tout est déjà prêt. J’ai réfléchi à une méthode, j’ai acheté mon matériel et surtout j’ai mis en place de nouveaux outils qui m’aideront à avoir une bonne organisation.


Ma méthode de travail

Pour commencer une nouvelle année, je pense qu’il faut connaître SA méthode de travail dès le début des cours. Il est indispensable de se connaître soi-même face à l’étude et face une multitude de matières à travailler. Pour ma part, j’ai pu élaborer la mienne lors de mes années de Fac et je pense que pour ma personnalité perfectionniste, il n’y a pas mieux.

Perfectionniste oui, mais aussi éparpillée ! J’ai longtemps jonglé entre classeurs, cahiers, porte-vues etc et au final, au moment des révisions, je devais plancher sur plusieurs supports en même temps. Perte de temps, frustration et augmentation du poids dans le sac, cette façon de faire n’a absolument servi à rien. De plus, réviser sur un cours brouillon et mal écrit est quelque chose qui me crispe au plus haut point. J’ai du réfléchir à quelque chose de plus minimaliste et de plus clair.

notebook-pen-table-blank-158771

C’est seulement vers la fin de mes études (avant de les reprendre, bien-sûr) que j’ai finalement trouvé LA méthode qui me correspondait. Elle est tellement simple que je me suis demandée pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt !

Je commence donc à prendre mes notes sur les pages détachables d’un cahier, en numérotant chaque feuille. J’essaye d’être claire, précise et surtout complète. J’ai la chance de pouvoir prendre des notes très complètes en écrivant sans abréviation, autant vous dire que je me suis beaucoup entraîné pour y arriver ! Pendant cette prise de notes, j’essaye de « filtrer » le cours pour séparer les notions à retenir (donc à noter précisément), les anecdotes à se rappeler (que je note dans des encadrés) et les éléments supplémentaires qui illustrent simplement le cours (inutile de charger les notes de ce genre de choses). Je n’oublie pas de marquer les titres ou de les « inventer » si le prof n’en donne pas, je saute des lignes, je fais des encarts à chaque nouvelle notion…

Me voilà donc avec un cours complet et structuré ! Avant de changer de cours, je le range OBLIGATOIREMENT dans la pochette correspondante ou bien dans le compartiment d’un trieur.

Une fois rentrée chez moi, il est temps de reprendre le cours. Tout d’abord, je relis mes notes pour être sûre d’avoir tout compris. Si quelque chose me semble obscure, je fais immédiatement des recherches. Une fois que tout est clair, je commence à taper le cours sur l’ordinateur. J’essaye de structurer au mieux, je mets les éléments importants en gras, j’insère des flèches et des tableaux. En principe, je n’utilise pas de couleurs sur les traitements de textes.

pexels-photo-273238

Cette étape étant terminée, je n’ai plus qu’à imprimer ! J’agrafe les pages entre elles et je relis une dernière fois, en surlignant ce qui me semble important. Et hop ! Mon cours final est prêt !

Je le range dans une grosse pochette à compartiments qui regroupe tous les cours de mon année scolaire. Au moment des examens, je ressors les cours à réviser et c’est à ce moment là que j’utilise les fameuses fiches bristol !

J’adore ce format, c’est quelque chose que j’utilise depuis mes révisions du Brevet ! J’ai toujours vu ma grande sœur les utiliser avec une belle écriture, plein de couleurs etc… Avec le temps, j’ai élaboré ma propre petite méthode.

Sur ma fiche bristol, je trouve qu’il est inutile de recopier le cours. Cela ne serait qu’une perte de temps. Je préfère le condenser au maximum, réduire en quelques lignes l’ensemble d’un cours entier et croyez-moi, c’est très difficile puisqu’on a tendance à penser que TOUT est indispensable !

Une fois que le résumé est fait, je numérote mes fiches (c’est très important) et le plus souvent, je les agrafe aussi. Je relis, je surligne et voilà une belle fiche de révision pratique et à emporter de partout.

Voilà en quoi consiste ma méthode de travail. Elle est simple, sans fioritures et je la trouve très efficace. Certains utilisent des outils comme la mind map, le brainstorming ou encore toutes sortes de schémas mais pour moi qui suis perfectionniste, je passerai trop de temps sur la forme et non pas sur le fond. Cela-dit, cette méthode plus artistique permet aux esprits très créatifs de retenir leurs cours et c’est bien l’objectif.


Mon matériel

Il faut bien l’avouer, j’ai un faible pour tout ce qui est papeterie. J’aime le beau matériel et je suis même arrivée à un stade où je « choisis » la qualité du papier de mes cahiers. Attention, je ne dis pas qu’un matériel hors de prix m’est indispensable, bien au contraire ! Cette année, j’ai trouvé tout mon matériel chez Action et j’en suis plus que ravie. Déjà parce-que j’ai pu faire des économies mais aussi parce-que j’adore le papier des cahiers de brouillon que j’ai acheté. Les pages sont lignées et toutes fines, je suis accro au bruit qu’elles font quand je les tourne ! Folle, vous dîtes ?

L’achat phare de ma rentrée scolaire est sans nul doute mon agenda format Filofax. J’ai déjà fait un article dessus et je vous laisse le découvrir ici

A côté de ça, ma liste de matériel nécessaire est plutôt courte:

  • Un cahier de feuilles détachables
  • Mon ordinateur
  • Stylos, surligneurs etc… (j’en ai déjà parlé dans l’article sur mon agenda)
  • Pochettes
  • Gros trieur (celui qui restera toujours chez moi)
  • Cahiers de brouillon (pour les exercices et les devoirs)

J’ai donc pu tout trouver chez Action pour quelques pièces.

Voici mon trieur. Il est tout simple mais j’adore sa couleur pop et j’espère qu’elle me rendra joyeuse pendant les longues soirées d’hiver, à étudier…

20180905_114522

Le cahier sur lequel je vais prendre mes notes est un Oxford, trouvé tout de même chez Action pour à peine 3 euros (en réalité, il vaut bien plus cher…). Les pages sont détachables, lignées et possèdent une tranche colorée. Je ne pense pas me servir de cette particularité puisqu’au final, mes cours seront classés dans mon trieur.

20180905_114341

J’ai également deux pochettes, une cartonnée et l’autre plastifiée. Elles me serviront à transporter mes cours pendant la journée et à emporter ce que je veux réviser. J’ai customisé la blanche avec des stickers Flow Magazine.

20180905_114252

Enfin, j’ai acheté un lot de deux cahiers que je vais dédier aux exercices et aux brouillons de mes devoirs. Ils sont un peu kitschs mais je les ai pris car les pages sont lignées (j’adore ça) et comme je l’ai dit plus haut, le papier est très souple.

Voilà donc à peu près tout le matériel que je vais utiliser cette année ! Bien-sûr, il se peut que j’achète d’autres choses suivant certains cours mais pour l’instant, je vais commencer avec ça.


Nouveaux outils d’organisation

Cette année, j’innove avec la mise en place de nouveaux outils ! Le principal support de ces nouvelles méthodes d’organisateur sera ma tablette que je possède depuis longtemps mais qui dormait dans une étagère. La voilà de sortie !

Screenshot_2018-09-05-12-52-00

Cette tablette n’est pas très puissante. Elle rame énormément sur Internet et c’est pour cette raison que j’ai décidé de la dédier à l’organisation. J’ai téléchargé deux applications et je compte m’en servir pour avoir une vision d’ensemble de mon année scolaire. La première dont j’aimerais vous parler s’appelle Agenda Scolaire.

Screenshot_2018-09-05-12-50-44

La page d’accueil s’ouvre sur une vue d’ensemble regroupant les différentes utilisations de l’application. Je la trouve vraiment très complète puisqu’elle permet de gérer des agendas, des calendriers, des emplois du temps, des listes de matières étudiées etc…

Screenshot_2018-09-05-12-51-19

La prise en main de l’application est très simple, très instinctive. C’est vraiment agréable de pouvoir remplir un calendrier et de naviguer sur l’année en un seul mouvement de doigt ! Bien-sûr, qui dit multimédia, dit forcément problème technique. Je ne vais pas avoir pour seul exemplaire de mon agenda un format numérique ! Mais l’idée de pouvoir m’organiser au chaud dans mon lit, sans avoir besoin d’un bureau ni de stylos me plait beaucoup.

L’application Mon Planning est très simple, il s’agit uniquement d’une vision mensuelle. Pas mal pour noter les grosses dates !


Et voilà, je suis fin prête pour ma rentrée ! J’espère que cet article vous aura donné quelques idées en matière d’organisation et n’hésitez pas à me parler de vos propres méthodes dans les commentaires !

Tea Time #4

tee-1698272_1280

Après 2 jours de maladie, me revoilà de retour pour célébrer le lancement du Pumpkin Autumn Challenge ! Septembre est là, avec ses mâtinés et ses soirées plus fraîches, la rentrée des classes pour beaucoup et surtout le changement de couleurs de notre environnement… Bon, dans l’immédiat, il fait encore plutôt chaud et je vais donc en profiter pour faire le point sur mes challenges de cet été !


Summer Challenge, ChallengeZozo, AdopteUnDumas, UnÉtéAvecBalzac…

Cet été, je m’étais lancé dans plusieurs challenges littéraires dont je suis plus ou moins sortie victorieuse.

En premier temps, je m’étais fixé l’objectif de lire 20 livres. J’en ai lu 16 et je trouve ça pas mal, en seulement 2 mois !

Emma, Jane Austen

La Tresse, Laetitia Colombani

Expiation, Ian McEwan

Pauline, Alexandre Dumas

Je vous écrirai, Paule du Bouchet

Le Jazz de la vie, Sara Lövestam

La Gloire de mon père, Marcel Pagnol

Le Château de ma mère, Marcel Pagnol

Carmen, Mérimée

Le Horla, Maupassant

L’Assommoir, Zola

Deux sur deux, Andrea De Carlo

Salomé, Oscar Wilde

Le Songe d’une nuit d’été, Shakespeare

La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel

Au Bonheur des Dames, Zola

Comme vous avez pu le constater, je n’ai pas forcément chroniqué tous les livres que j’ai lu. C’est une des nouveautés du blog: je ne vais plus forcément chroniquer chaque livre lu. 

La raison est toute simple. Comme je vais bientôt reprendre les études, j’aurai non seulement moins de temps pour lire mais encore moins le temps d’écrire des chroniques. Je ne veux pas me mettre la pression mais ce n’est pas pour autant que je vais faire impasse sur mes lectures ! J’en parlerai sur d’autres réseaux sociaux de façon plus brève, mais aussi je profiterai du rendez-vous Pause café/Tea Time pour faire un point rapide sur mes découvertes livresques.

En observant cette petite liste, vous pourrez constater que mes lectures estivales furent éclectiques, passant de la pièce de théâtre shakespearienne au roman de young-adult. J’ai apprécié chaque lecture à leur juste valeur et j’ai eu la chance de ne pas subir une panne de lecture. Je conclus en donnant une mention spéciale au roman Expiation de Ian McEwan que j’ai adoré. Je vous laisse découvrir ma chronique.


Cet été a également été sous le signe de la découverte puisque j’ai participé au ChallengeZozo, lancé par la Booktubeuse Lemon June ! Le principe étant très simple, j’ai pu aborder cet auteur gigantesque avec les œuvres de mon choix et j’ai choisi de lire L’Assommoir et Au Bonheur des Dames.

 

Pour être honnête, je pense vraiment que j’aurais du chroniquer chacun de ces livres tellement qu’il y a des choses à dire. Seulement voilà, quand il y a tant de remarques, l’idée d’une chronique peut rapidement me décourager (surtout en post maladie !). Finalement, je peux parler de ces roman en les regroupant puisqu’ils figurent dans une même série littéraire, celle des Rougon Macquart. Cette fresque immense (pas moins de 20 romans !) dresse le portrait d’une grande famille française, évoluant sous le Second Empire. Chaque roman possède un héro (parfois même un établissement prend le rôle de protagoniste principal) que nous suivons, autant dans la misère que dans la gloire.

J’ai donc fait la rencontre de Gervaise et de Denise, deux héroïnes aux caractères différents mais qui se ressemblent de part leur détermination, leur courage et leur soif d’indépendance. La majeure partie de l’oeuvre de Zola étant une critique cinglante de la société française du Second Empire, les deux héroïnes traversent les difficultés et les injustices avec une fierté admirable tout en étant victimes des vices humains.

Je ne vais pas plus m’attarder dessus mais je ne peux que vous conseiller de foncer !


J’ai également participé au challenge AdopteUnDumas avec Pauline, un tout petit classique mais que j’ai adoré ! Inutile de revenir dessus puisque ma chronique (avec spoiler) est disponible ici.


Qui dit challenge ne dit pas forcément réussite puisque je me suis totalement plantée avec le UnÉtéAvecBalzac. Je n’ai tout simplement pas lu un seul livre de l’auteur… Des regrets ? Aucun puisque j’ai encore tout mon temps pour le découvrir !

 

Et voilà, ainsi s’achève le bilan de mes lectures estivales…


A présent, place au Pumpkin Autumn Challenge ! 

leaves-3616878_1280

Ma PAL est disponible ici !

 

The Ultimate Book Tag

Quoi de mieux qu’un petit TAG pour attendre la rentrée ? J’ai toujours eu envie de faire celui-ci, pourquoi ne pas me lancer aujourd’hui !


book-1659717_1280

1. Est-ce que tu es malade quand tu lis en voiture ? 

En voiture, oui beaucoup. Je lis ne serait-ce qu’un paragraphe pour rapidement avoir la nausée… Par contre, dans le bus, absolument pas. Je pense que ça vient de la hauteur, ou de la stabilité du véhicule. En tout cas, c’est vraiment pratique puisque j’ai 2h de bus par jour !

2. Selon toi, quel auteur a un style unique et pourquoi ?

Au risque de ne pas paraître originale, je vais dire Zola, découvert tout juste cet été. Sa façon de décrire la vie est magistrale, tout comme sa manière d’aborder des personnages féminins dans une totale justesse. Du grand art…

3. Harry Potter ou Twilight ? Donne 3 arguments pour défendre ton choix. 

Même si je ne suis pas allergique à Twilight, je vais dire Harry Potter. L’univers est bien plus complet, le méchant est badass à souhait et rien que pour la scène du flash-back de Rogue, je dois choisir Harry Potter.

4. Est-ce tu possèdes un sac spécial pour tes livres ? Si oui, qu’est-ce qu’il y a dedans (à part des livres…) ? 

Non, mais j’ai plein de pochettes à livre, achetées ou bien faîtes à la main. Je trouve que ça tient moins de place qu’un sac dédié aux livres et puis je peux régulièrement changer le modèle.

5. Est-ce que tu renifles tes livres ? 

Les plus vieux, oui, sans aucune pression ni complexe.

6. Livres avec ou sans illustrations ?

On parle d’un roman ou d’une BD, là ? Parce-que pour le roman, certains en possèdent et c’est parfois agréable. Par exemple, dans L’Assommoir de Zola, j’ai aimé les vieilles gravures. Mais habituellement, je lis des romans sans images et des BD avec des dessins, évidemment.

7. Quel livre as-tu adoré pendant ta lecture mais dont tu t’es aperçu plus tard qu’il était assez mal écrit en réalité ?

J’avais lu et adoré L’Île du Crâne, d’Anthony Horowitz. Un jour, j’ai eu envie de le relire mais j’ai été très déçue de retrouver le même schéma que le début de la saga Harry Potter. Une famille affreuse, une lettre, une école de magie, 3 amis… Sauf qu’en faisant quelques recherches, j’ai vu que ce livre avait été écrit et publié bien avant la sortie d’Harry Potter. Étrange…

8. Est-ce que tu as des anecdotes marrantes impliquant des livres à nous raconter ? 

Pour me forcer à lui faire ses tresses du soir, ma petite sœur prend un de mes livres en otage, menaçant de corner la couverture, ou de déchirer une page. Rien que de la voir secouer mon bouquin comme un chiffon plein de poussière, je cède.

9. Quel est le livre le plus petit de ta bibliothèque ?

Je pense que c’est La côte 400, de Sophie Divry.

10. Quel est le livre le plus épais de ta bibliothèque ?

Anna Karénine de Tolstoï ! Une véritable brique de chantier…

11. Est-ce que tu écris en plus de lire ? Est-ce que tu te verrais écrivain un jour ?

Oui, j’écris énormément. Etre écrivaine est un rêve lointain et si je le deviens un jour, ça sera une activité complémentaire à mon travail.

12. Quand est-ce que tu as commencé à lire ?

Bien avant de savoir lire, avec les livres de ma mamie. Je faisais semblant et dès que j’ai appris, je ne me suis plus arrêté.

13. Quel est ton classique préféré ? 

Question cruelle pour une amoureuse des classiques… Aller, je vais dire Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë.

14. A l’école, quel sujet de français t’a le plus plu/marqué ?

L’expression écrite. On avait un cahier violet pour cette matière et j’étais malheureuse de voir qu’on en faisait pas assez.

15. Si on t’offre un livre que tu as déjà lu et que tu as détesté, qu’est-ce que tu fais ?

J’accepte le cadeau, je remercie et je fais un petit feu de joie avec. Ou alors je le laisse en évidence pour que ma sœur le prenne en otage.

16. Quelle série moins connue qu’Harry Potter et Hunger Games est quand-même d’aussi bonne qualité à tes yeux ?

J’avais lu la saga La Guerre des Fées d’Herbie Brenann et franchement, j’avais adoré. L’univers m’a fait beaucoup penser à celui de World Of Warcraft et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’humour. Je vais redécouvrir la saga lors du Pumpkin Autumn Challenge et j’ai très hâte !

17. Quelle est ta plus mauvaise habitude pendant que tu blog ? 

Euh… je reste collée à mon écran pendant des heures alors qu’il y a de l’air frais dehors.

18. Quel est ton mot préféré ?

Magie.

19. Vampires ou fées ? Pourquoi ?

Ça dépend du contexte, n’est-ce pas ? J’ai une petite préférence pour les vampires, en général.

20. Triangle amoureux ou amour impossible ?

Amour impossible, sans hésiter ! Douleur ! Souffrance ! Tristesse !

21. Et enfin… tu préfères un livre uniquement tourné vers la romance ou un livre d’action avec seulement quelques scènes romantiques ?

J’aime ni l’un ni l’autre… Mais bon, puisque qu’il faut choisir, je prendrais la romance histoire de glousser un peu.


J’espère que ce TAG vous aura plus, n’hésitez pas à le reprendre et à me partager vos réponses !